top of page

Et l’intellect … à quoi il sert ?

« Tu me connais, je ne suis pas trop bla bla intellectuel, je préfère que cela passe par le corps ! » 


Voilà ce que précise Aurore qui vend des podcast et des formations de conscience. Et bien d'autres semble avoir besoin de le mentionner. Étonnant. Mais pas tant que ça !

Dans le monde de la conscience et du développement personnel on préfère se désolidariser du mental et de l'intellect, c'est plus prudent !


On préfère proposer une conscience chamanico-vibratoirio-énergétique qui passe uniquement par le corps anima (l) pour entrer en conscience avec les éléments, ou alors qui passe par des ingestions de plantes ou autres choses, c’est vrai que ça permets des accès, mais ça les gars…on l’a déjà fait !


L’éveil de conscience de ce deuxième millénaire n’est pas un « replay » d’un passé à refaire, même s’il peut nous inspirer, nous nous en sommes éloignés à travers plus de savoir conscient et connaissances en compréhension. Cela s’appelle grandir.  Notre savoir, notre intellect et notre intelligence mentale a grandi. Ce n’était pas pour rien. Le passé ne se trompe jamais.



Alors voyons ces « gros » mots plus en détail :


MENTAL : Du latin « mentalis », le mental est l’intellect de l’âme. Une forme de pensée, d’intelligence de l’esprit et du corps. Sans lui il n’y a pas de conscience possible.


INTELLECT : Du latin « intellectualis » l’intellect - loin d’être un blabla - signifie discerner, saisir et lire entre les ligne, ou cueillir/choisir entre les chose. Sans lui il n’y a pas de distinction. Donc pas de possibilité de savoir que quelque chose existe ou non. Donc pas de choix non plus.


Il est vrai que ces deux décennies ont vu les canaux d’information éclater, l'accès à la conscience n'a rien à envier à l'ère numérique, tout est accessible et cela en quelques clics intérieurs. Il n’est plus nécessaire de méditer pendant des heures, tout est là, le canal est grand ouvert et personne n’y échappe complètement. Il pleut de la connaissance. Les enfants y sont très sensibles, observez !


Une conscience qui n’a plus besoin de gourou ni de maitre, car elle est d’essence intellectuelle. La rencontrer, c’est la connaitre, il n’y a plus besoin de médiateur pour faire connaissance avec l’intelligence. Elle est là. Elle nous fait.


Tenter encore de séparer le corps de l’intellect témoigne d’une conscience encore peu « élevée » au niveau de la conscience,  et d’ailleurs…. à partir de quand nous sommes-nous séparés en deux parties ?


Pour mieux comprendre le processus de séparation, il faut nous souvenir que le savoir se faisait par procuration, que les sages, les maitres et les savants nous léguaient leurs intuitions, leurs explorations et leurs sagesses et que nous devions l’assimiler et la propager.

4000 ans à (littéralement) former des apprenants,  ces êtres trop ignorants et immatures pour oser savoir. Des disciples, des acceptants, des ignorants à éduquer. Une étape essentielle à passer.


On apprend en copié-collés - on prend l’info, on l’avale et on la recrache. La bibliothèque intérieure qui collecte et organise de l’info. Des bibliothèques remplies de livres, comme une grande organisation des savoirs d’antan que nous espérions pouvoir figer dans le temps.


Inutile intention, la vérité ne se fige pas, visiblement. Grace à l’IA, nous observons que l’info est un « programme » assez simple d’organisation. Une toute petite intelligence, mais tout de même essentielle à la suite.


Un accès pratique à la «grande» intelligence qui est est autonome et infinie puisqu’elle se crée elle-même.


Même si c'est un peu fatiguant, il devient essentiel de penser, autrement, mais penser tout de même. Sinon d'autres le feront à notre place.


Mais pour l’instant, avant de vous expliquer comment nous pourrons passer de l’info à l’intelligence mentale,  je vous invite juste à prendre conscience que votre intellect est une pièce précieuse de votre conscience et que vous n’avez aucune raison ni de vous en méfier et ni de tenter de le faire taire.


Je vous propose plutôt de faire de votre mental un ami, ni un maitre, ni un sauveur, ni un juge, juste un ami. Il deviendra alors un allié puissant, mais cela à condition de ne pas le prendre trop au sérieux, c’est un explorateur, il ne sait rien réellement… il raconte, c’est son système pour l’instant.


Il nous raconte des histoires et ce sont ces histoires qui font nos réalités.





Que nous le sachions ou non, les histoires que nous nous racontons font notre réalité, ce qui relève d’une simplicité aussi désarmante que rassurante.


Amusez-vous à vous raconter d’autres histoires que celles que l’on vous a racontées, imaginez autre chose et voyez comme cet intellect est créatif, ambitieux, sensuel et intelligent de nature !


D’accord, il faut oser, se permettre de transgresser un peu notre narratif collectif, c’est pas toujours facile. Mais c’est un jeu, n’ayez pas trop peur, vous verrez il ne se passe rien de grave, au contraire, c’est du délestage, vous verrez comme c’est allégeant…


Et dites-moi ce qui se passe quand vous le faites, je suis passionnées par vos histoires, je l'ai toujours été.


Je recueille volontiers vos témoignages sur anneyvonneracine@etik.com

À bientôt,

Anne Yvonne


13 vues0 commentaire

Σχόλια


bottom of page